OLes Épopées dPimpesouée

Catherine Gil Alcala

 

Publication aux Éditions La Maison brûlée en novembre 2016 dans l’ouvrage Zoartoïste et autres textes.

 

 

Les Épopées de Pimpesouée

Pygmée dame fardée
Perruche duchesse peinturée
Pouilleuse poupine grimée
Précieuse saucissonnée enrubannée de loques
Dondon endollardée
Doll Dodu-Mafflu
Momie fessue mamelue
Altesse macchabée
Totem tétonneuse
Poupée pute poudrée
Poule poulpe empourprée
Harpie en jambes tentaculaires
Gorgone opérant des stupeurs stupreuses
Défunte infante empoissonnée
Pouffiasse poiscaille visqueuse vicieuse putasse pythie
Mannequine pisse ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss dans les miasmes utérins du fond des mers
Piéta lubrique dans les igloos, dévisageant ses visions hagardes
Amante amok recluse dans d’hainamoureux abysses
Sirène ! Sardine !
Roulure gironde goulue !
À cajoler, à cajoler
À foutre, à tripoter, pirouetter
À la poupe, à la proue, tournebouler
À démembrer dans les ciels de lits
Caresse la voûte céleste
Baigneur tète la voie lactée
Dodinant ses lunes dodues
Pelotonnée dans le berceau des planètes
Et roule poulette entourloupette !
Dans un tohu-bohu tournoyant de pantins désarticulés
Un cliquetis de joujoux
Un tintinnabulement d’ossements de poupées
Dans la révolution des planètes
S’affolent des pantomimes de marionnettes
Des mécanismes à manivelles désaccordées
Des tambourinements d’automatismes
Des bruissements de roulettes russes
Dans des boîtes crâniennes à musique
Les rêves explosent
S’éveille reine fainéante
Au lit se promène à demi-morte endormie
Ligotée de langueur voluptueuse
Dans un grincement de dents hilare
Une cachinnation ivre
Elle éructe écœurée de lucre
Pire politesse de simagrées empouacrées
Triture ses morves ensorcelées
Poussées de la narine à la lèvre
D’obséquieuses manières gobe ses glaires parfumées
Ôte sa pelisse d’ogresse
Son dentier d’ourse blanche
Salomé Lou reine-garou
Poilue au boudoir des joies
Au toupet d’aigrette
Primesautière potinant dans les pois
Aristotélicienne contemplant le gros orteil
Princesse culottée de poux de soie
Dans le poudroiement de mille gesticulations
Griffe les poux dans sa tête tignasse d’étoupe
S’apprête pisse pète
Accroupie sur son bidet
À dada se toilette le con dégouttelant
Secoue le larmoiement d’urine
S’essuie les lèvres
Ses phalangettes de baigneur font sa toilette de chat
Indigente au coton-tige à la grâce crasseuse
Se dévisage dans le miroir
S’asperge d’une bruine de houppe
Clignant de l’œil aux cyclopes sous cellophane
Gardiens des clefs de ses châteaux de plâtre
S’emplâtre Cléopâtre
Reine des reines prostituées
Formulant des litanies de listes de courses
Cytharisant sur sa cithare des poèmes
À réveiller les spectres pamphlétaires